Environnement

Faisons de Lyon une ville modèle en Europe

* Faire de nos déchets une ressource pour l’avenir en intéressant les habitants à la collecte
* Développer les déplacements électriques en ville pour une amélioration de la qualité de l’air
* Associer le zoo de la Tête d’Or à celui de St Martin la Plaine pour protéger les espèces menacées

 
Politique de l’environnement, notre approche sur le traitement des déchets

constat

La majorité mène une politique des déchets fondée sur deux piliers : la sensibilisation à l’apport volontaire pour le recyclage et l’incinération pour valoriser en chaleur.

Le recyclage ne se développe plus. Les quantités stagnent et le taux de refus de la « poubelle verte » se maintient à 25%. De plus, ce recyclage ne profite que faiblement à l’économie locale car près de la moitié de cette matière première est exportée (chiffre national). 
Au final, 80% des déchets sont incinérés et 20% sont recyclés. En l’état de l’organisation, il est impossible de faire mieux et, à l’échéance de 2020, se profile une facture de 400 millions d’€ pour rénover les deux incinérateurs du territoire.
L’approche des déchets ménagers n’a pas changé depuis les années 60. Cela reste un produit dont on cherche à se débarrasser. Le modèle économique des déchetteries est à ce titre éclairant. La situation fiscale l’est aussi, avec une TEOM qui augmente, un recyclage en berne et une valorisation des produits en hausse. L’incinération nous contraint en fait à un paradoxe : nous ne pouvons trier plus, sauf à enlever le carburant des incinérateurs. Et cette incinération produit des déchets ultimes – mâchefer – dont nous savons que faire (140 000t sur le Grand Lyon).
Enfin, l’organisation actuelle de la collecte entretient un climat social délétère, avec des métiers dangereux et sans perspective de progression.

Notre ressource : 500 000 t. de déchets ménagers. Organisons la récupération pour consolider la filière industrielle existante. Favorisons l’initiative et l’émergence d’activités nouvelles sur notre territoire.

Notre approche : une expérimentation modifiant en profondeur la collecte des déchets. Elle est fondée sur l’hyperproximité de la collecte et l’étirement de la chaine de valeur des déchets. Les habitants/syndics qui souhaitent s’engager dans un tri efficace des déchets, auront la possibilité de vendre cette matière première auprès de boutiques de collecte dans leur quartier. Une meilleure collecte incitera les acteurs industriels à coopérer à ce projet.

Proposition : Mise en place, de façon expérimentale, du modèle suivant sur un territoire circonscrit :

Collecte hyper-localisée par l’implication des copropriétés ou des commerces de proximité

  • Installation de compacteurs à déchets – selon la nature des déchets – par bloc d’immeubles (cour ou jardins intérieurs) ou auprès des commerces de proximité
  • Incitation à un tri par les habitants par le partage de la valeur générée par la commercialisation et l’exploitation des déchets collectés
  • Suivi et aide à l’organisation par le personnel du grand Lyon
  • reconversion professionnelle des ripeurs
  • Collecte quand les compacteurs sont remplis, diminution du trafic de camions Incitation aux acteurs industriels de la valorisation à la coopération et à l’innovation
  • Augmentation de la quantité et de la qualité des déchets triés
  • Acheminement vers un lieu de traitement thématique des déchets ainsi récupérés
  • Réintégration vers filière industrielle ou réemploi
Optimisation des eaux usées
Une fois traitées dans les stations d’épuration, les eaux sont reversées dans Rhône ou la Saône. Les boues sont incinérées. Ces boues constituent donc un coût pour la collectivité, en ce qu’elles contribuent à des déchets ultimes mal gérés.
Nous considérons qu’elles constituent une ressource énergétique inexploitée pour le territoire, et nous proposons d’optimiser le système de collecte des eaux usées pour produire chaleur et électricité au bénéfice des habitants.
A l’instar de la ville de Cherbourg, nous installerons une capacité industrielle de méthanisation de ces boues afin de produire chaleur et électricité.
A la clé, transformation utile de ces déchets, création d’emplois sur le territoire avec des ressources quasi inépuisables et réduction de la production de déchets polluants ultimes.
Nous proposons d’expérimenter cette solution avec la construction d’une première centrale de méthanisation à proximité des stations d’épurations les plus modernes de l’agglomération.
Investissement : 30 millions d€
 
Qualité de l’air, notre approche pour des solutions durables

Constat

La gratuité des transports en commun est une réponse symbolique mais inefficace. Elle viserait à convaincre ceux qui entrent en voiture à Lyon de privilégier les transports en commun ? Les parc-relais sont saturés, ces personnes ne peuvent donc laisser leur voiture nulle part.

Elle viserait à convaincre ceux qui se déplacent à Lyon en voiture ? Aux heures de pointe, les métros comme les ligne D ou B sont saturés.

Notre approche

Afin d’améliorer la qualité de l’air que nous respirons, il est essentiel de mettre en place une politique de mobilité avec des alternatives efficaces à la voiture. Augmentation du nombre de wagon dans les rames de métro, installation d’un Aérotram avant 2017, installation d’un parc de vélos électriques, de scooters électriques, optimisation des tarifs du Sytral, développement du fret électrique et remplacement des véhicules de fonction/service de la Ville et du Grand Lyon par des véhicules électriques, création de parcs relais ou optimisation des parcs existants (Cité Internationale).

Biodiversité, notre approche pour une ambition urbaine

 
Le Zoo du Parc de la Tête d’Or ne sera jamais un grand zoo d’Europe. Donnons lui une singularité permettant à notre ville de contribuer à la protection de la biodiversité.

Nous créerons un partenariat avec celui de St Martin la Plaine afin de protéger les espèces menacées, avec notamment une capacité d’accueil d’animaux sauvages abandonnés. En cohérence avec notre politique culturelles, nous associerons étroitement l’université à cette ambition.

Ainsi que l’ont fait de nombreux pays ou villes d’Europe, Lyon ne recevra plus de cirque exploitant des animaux sauvages dans de mauvaises conditions.