Santé

Une Politique dynamique et Innovante de la Ville pour la Santé Publique : 

La Ville, et plus encore la Métropole demain, agira en complément de l’Etat dans le domaine de la santé. Schématiquement, à l’Etat le soin, à la Ville la prévention.

En raison de sa proximité même avec ses habitants, la commune peut agir efficacement dans le domaine de la prévention.

- Mettre en place dune politique de prévention, transversale aux autres politiques menées à Lyon

- Anticiper le vieillissement de la population par des politiques innovantes telles que l’habitat partagé (« co-housing ») ou l’expérimentation de micro-marchés

- Faire de l’Hôtel-Dieu un lieu symbolique de l’histoire et du dynamisme entrepreneurial de la santé à Lyon

constat

La politique de santé menée à Lyon est peu lisible. Les sujets relevants de la prévention semblent cantonnés à quelques institutions ou lieux. La ville continuent de se vider de ses hôpitaux qui sont placés en périphéries.

Notre approche

A l’instar de notre approche générale sur le rôle des pouvoir publics locaux – catalyser, pousser à la coopération, inciter, soutenir les acteurs innovants – nous proposons que cette politique de santé publique se construise, à Lyon, en collaboration avec les différents acteurs du sujet, qu’ils s’agissent des associations œuvrant précisément dans le domaine de la prévention des risques, des autres collectivités et institutions disposant de compétences et de moyens d’action, et des entreprises du secteur de la santé fortement représentées ici. Elle cherchera aussi à favoriser les échanges entre les acteurs associatifs, la médecine libérale, les acteurs de l’hospitalisation dont les HCL.

C’est avec ces convictions que nous définissons ici une nouvelle politique de la santé, transversale,  visant à optimiser les ressources de notre ville pour la qualité de vie des lyonnais. Au cœur de cette politique, nous avons deux priorités : l’adaptation de la ville au vieillissement de la population et la prévention auprès des publics jeunes sur les addictions.

Lyon est aussi une grande ville de la recherche médicale. En raison de son histoire, du grand nombre de savants lyonnais qui ont contribué aux avancées de la médecine et de son industrie depuis le XXe siècle. Notre ville peut entretenir cette culture d’innovation, et faire de cette histoire une dimension à part entière de son identité. L’Hôtel-Dieu peut accueillir cette double ambition et ne pas s’égarer dans un nouveau projet de consommation et de loisir.

 

Une politique de prévention-santé, une mission transversale pour la Ville

Notre volonté de favoriser la qualité de vie des lyonnais nous conduit à considérer que la Ville doit aborder sa politique de santé d’une manière transversale, déclinable dans de nombreux champs – éducation, sport, culture, logement, environnement, etc.

 

En faisant ainsi, elle donne un véritable contenu à une dynamique de promotion de la santé qui ne se contente pas de soigner des maladies ou de prévenir des pathologies (l’essentiel des politiques de santé publique encore aujourd’hui) mais elle s’attache à tout ce qui peut contribuer à améliorer la qualité de vie des lyonnais.

exemple : pour les enfants des maternelles et des écoles primaires, des modules ludiques d’éducation à la Santé à l’école – hygiène corporelle et dentaire et lutte contre le surpoids – et permettant de travailler sur l’estime de soi, la gestion non violente des conflits et de l’agressivité par des jeux éducatifs, des médiations artistiques, davantage que de faire un défilé de spécialistes venant « informer » des « dangers de… »

Ce projet s’intègre bien sûr à notre adaptation de la réforme des rythmes scolaires

 

Afin de mettre en œuvre cette politique de prévention construite en collaboration, nous proposons de changer d’approche dans l’élaboration de la politique de santé :

1 – la Ville s’impliquera fortement dans un rôle de  conciliateur/médiateur (en lien avec des organismes comme l’Observatoire régional de la santé et l’Observatoire Social de Lyon) sur les enjeux de santé publique touchant les lyonnais pour constituer le tour de table institutionnel (région, département, ARS, etc.)

2 – la Ville incitera les acteurs associatifs et les autres financeurs  à agir en groupe de façon coopérative et non plus concurrentielle ou morcelée. Par une incitation forte lors de la définition des objectifs puis de la mise en oeuvre des actions pour les atteindre, mais aussi par un engagement pluriannuel sur les financements afin de mettre un terme à la précarisation de ces acteurs

3 – considérant les limites de la ressource publique,la Ville proposera aux acteurs économiques de la santé, de s’associer aux objectifs et aux moyens à mettre en oeuvre de cette politique de santé publique. Les fonds ainsi collectés seront gérés conjointement parla Ville, les représentants des acteurs associatifs et ceux des entreprises impliquées.

 

Puis, nous proposons d’optimiser les politiques existantes et d’innover avec de nouvelles politiques

 

Anticiper les conséquences du vieillissement de la population avec:

 

1. Une politique de l’habitat partagé – « co-housing » – (inter-générationnel) pour permettre le maintien à domicile des personnes âgées, favoriser le  vivre ensemble (selon l’handicap ou l’âge) et faciliter l’accès au logement pour les jeunes actifs ; développer en parallèle de nouveaux outils de veille médicale à distance.

2. Un soutien financier de la ville, aux associations déjà engagées dans ce domaine,

3. La constitution  d’un maillage de proximité avec les centres sociaux, organisations religieuses, commerçants, organisations de jeunes pour prévenir la solitude et l’isolement,

4 – l’expérimentation de micro-marché dans les lieux identifiés comme fortement peuplé par des personnes âgées.

 

Prévenir les conduites addictives 

1. Conscients des risques individuels et collectifs liés à la consommation croissante et de plus en plus jeune des drogues, alcool et médicaments, tabac, et autres produits addictifs, nous voulons mettre en œuvre, dès l’instauration de la Métropole, une politique de prévention par le savoir et la connaissance auprès des collégiens et des lycéens  (adulte référent dans l’établissement, sujet étudié et développé au cours de chacune des années, etc.)

2. A l’identique, une prévention du surpoids avec des moyens incitatifs à la pratique d’une activité physique régulière et libre et à des moyens pour permettre un meilleur équilibre alimentaire et social (estime de soi). Voir nos propositions pour Développer la pratique du sport au quotidien.

 

L’Hôtel-Dieu, symbole de cette nouvelle approche de la politique de santé à Lyon

 

Assurer une continuité entre l’histoire lyonnaise dans le domaine de la santé et les nouvelles ambitions de notre ville dans ce domaine peut se faire naturellement dans ce lieu. Nous proposons qu’il soit dédié à

 

1 – la constitution à Lyon d’un pôle régional de prévention santé, regroupant la plus grande part des acteurs associatifs et des professionnels agissant dans ce domaine, en un lieu central, accessible et organisé pour aller à la rencontre des lyonnais. Nous demeurons convaincus que ce lieu doit être à l’Hôtel-Dieu.

 

Exemple : si les milliers d’étudiants lyonnais  travaillaient quelques mois sur la question de la promotion de la santé par un lien facilité de collaboration avec une entreprise et une association sur un enjeu de PS, sans faire de grandes dépenses, on pourrait démultiplier des centaines d’actions et former de façon plus concrète nos futurs infirmiers, médecins, travailleurs sociaux psychologues, sociologues, etc. à ces enjeux de prévention-santé.

 

2 – la constitution à côté de ce pôle de prévention d’un pôle d’entrepreneurs innovants (bio-tech, santé à domicile, etc.) perpétuerait la singularité de notre ville à la pointe de l’économie de la santé, faisant naître de nouvelles approches auxquelles la Ville assurerait un espace d’expérimentation sur son territoire (à titre d’exemple, notre volonté de promouvoir l’habitat partagé pourrait aller de pair avec le développement des outils de médicalisation à domicile)

 

3 – le transfert de la Maison Médicale de Garde Sarrail, mal située,  sur le site de l’Hôtel-Dieu, la rendant ainsi visible et plus accessible

 

4 – le soutien, à la constitution d’un grand Musée de la santé et de la médecine à Lyon regroupant l’actuel musée Testut-Latarjet (collection du musée d’anatomie de la faculté de médecine) et les collections publiques existantes sur le territoire (herbiers de la faculté de pharmacie, etc.), voire les nombreuses collections privées que nous inviterons à rejoindre ce projet de valorisation des savants lyonnais.